LA FORCE D'AIMER

Témoins
Accueil 
Bienvenue 
Adresses 
Associations 
Bio résumée 
Chants 
Contact 
Enregistrements 
Hauts Lieux 
Instruments 
Liens 
Merci 
Presse 
Prix Récompenses 
Radio Télévision 
Récital 
Répertoire 
Témoins 
Textes 

* LA FORCE D'AIMER *
¤ CHANT ¤ MUSIQUE ¤ NON-VIOLENCE ¤ PAIX ¤

. * * * * * *

TEMOINS

De tous temps et en tous lieux, des êtres brutaux ou pervers se sont acharnés à semer la haine et la violence.
Mais à l'inverse, de tous temps et en tous lieux, des hommes se sont dressés pour rappeler et défendre les droits de toute personne, pour affirmer leur amour de la justice, de la liberté et la paix. Les plus courageux d'entre eux se sont engagés sans armes dans un dangereux combat contre la violence. Beaucoup y ont sacrifié leur vie. Tous méritent notre respect. Ce sont les admirables "témoins" de la non-violence et de la paix.

Pour ma part, j'ai eu la chance et l'honneur de côtoyer certains d'entre eux, voire de coopérer avec eux.

Le tableau ci-dessous est un hommage affectueux.

TEMOINS DES DROITS HUMAINS, DE LA NON-VIOLENCE ET DE LA PAIX
(Ordre alphabétique)

 

 

1985
Avec
Pierre et Marie-Pierre BOVY,
Arche de LANZA DEL VASTO
à Bonnecombe
Pierre et Marie-Pierre BOVY,
Communauté de l'Arche de Lanza del Vasto


J'ai rencontré Marie-Pierre BOVY au cours d'une assemblée du M.I.R., il y a très longtemps. Lorsque je lui ai parlé de mon récital, Marie-Pierre, qui est une musicienne chevronnée et une excellente chanteuse, a immédiatement perçu l'intérêt de la démarche : faire mieux connaître la non-violence par le moyen de l'expression artistique. Ce fut l'occasion d'une coopération fructueuse entre l'Arche et moi. Cette voie nous a conduits à organiser des animations très festives, donner des veillées de Noël, enregistrer une cassette ensemble... Cela m'a aussi permis de réaliser mon hommage à "Jésus le Nazaréen", immense non-violent, "la référence pour les hommes de bonne volonté, pour les artisans de Paix du monde entier, chrétiens ou non". (voir page "Enregistrements")
Je pourrais évoquer le long et riche compagnonnage qui unit Pierre et Marie-Pierre BOVY à LANZA DEL VASTO et à l'Arche, évoquer l'indéniable talent de Pierrot en sculpture sur bois, les multiples facettes de la personnalité de Marie-Pierre : Compagne de l'Arche, présidente de l'IFOR (International Fellowship of Reconciliation, dont le M.I.R., Mouvement International de la Réconciliation, est la branche française), animatrice brillante, fine psychologue, militante infatigable...
Mais au fond, ce long discours ne suffirait pas.
Pierrot et Marie-Pierre sont dans mon coeur à tout jamais, non seulement parce qu'ils ont toujours été mes amis accueillants et fidèles, simples et doux, tendres et généreux, mais aussi parce qu'ils sont à mes yeux l'exemple vivant d'une non-violence bien comprise, parfaitement équilibrée : la raison, le coeur et l'action s'y épousent en harmonie.
Ensemble, nous parlions bien sûr de non-violence, de LANZA DEL VASTO, de la vie à l'Arche. Mais nous chantions aussi. Je jouais de la vielle devant la cheminée. Pierrot me montrait l'une de ses sculptures sur bois. Marie-Pierre nous offrait une collation savoureuse. Un petit chat venait jouer sur ses genoux... Aux conversations graves succédaient des éclats de rires joyeux. Nous faisions avancer nos projets dans la bonne humeur. Marie-Pierre dynamisait notre équipe en lançant son traditionnel : "Schtroumpf !" qui signifiait à lui seul : "Courage, compagnons! Mettons du coeur à l'ouvrage. Nous sommes sur le bon chemin. Et... vive notre amitié!"
J'aime et respecte infiniment chez Pierrot et Marie-Pierre BOVY une qualité merveilleuse et dont l'Arche est coutumière : je l'ai retrouvée chez tous les compagnons. Leur douceur bienfaisante, leur réflexion profonde et sûre, leur solide engagement m'ont aidé à mieux percevoir toute la beauté, la richesse et la force de la vie ainsi conçue. Non-violence bien ordonnée commence par soi-même. C'était une idée chère à LANZA : "Je dois procéder par ordre et commencer par combattre le mal en moi.( ...) La préparation régulière à la Non-violence, c'est l'initiation à la vie intérieure : connaissance, possession, don de soi-même." (LANZA DEL VASTO, "Technique de la non-violence", Ed. Denoël-Gonthier). Ce travail sur soi, ce don de soi, Pierrot, Marie-Pierre et tous les compagnons de l'Arche en sont les merveilleux exemples.

 

 


Alain AUBRIOT
.... - 1960



Jacques GAILLOT
1935 - ....
Jacques GAILLOT 1935 - ....
Evêque d'Evreux, puis Evêque de Partenia

- "Le racisme est incompatible avec l'Evangile."
- "L'avenir n'est pas dans les armes; il n'est pas dans la violence... Développons les chemins nouveaux d'une non-violence active. Cette force est inscrite dans l'Evangile."

- "L'Eglise doit être l'Eglise des exclus, pas de l'exclusion."

J'avais 16 ans. Mon meilleur ami en avait 20. Il s'appelait Alain AUBRIOT, était séminariste, rêvait de paix et d'amour... Parfois il m'invitait chez ses parents et me faisait découvrir... la musique classique. Bientôt je fis l'acquisition de mes premiers disques : la 3ème symphonie de Beethoven, la polonaise héroïque et l'andante spianato de Chopin... Alain était amoureux de la vie. Parfois nous allions faire de la bicyclette mais ce n'est pas facile quand on porte une soutane : Alain marchait donc dignement à côté de son vélo. Mais dès que nous étions éloignés des habitations, le séminariste se muait en défroqué : il ôtait vivement sa soutane, la roulait en un clin d'oeil et la fixait sur son porte-bagage avec un élastique à crochets. Nous partions alors pour des courses folles au grand air. Alain rayonnait de gentillesse et de gaieté. Joie de vivre! Il fut tué pendant la Guerre d'Algérie, le 8 juillet 1960. Son corps fut rapatrié dans un cercueil. Je passai la nuit du 22 au 23 août 1960 à veiller mon ami Alain. Cette nuit là, je découvris mon horreur de la guerre et des armes. Cette nuit-là, ma vie changea : je commençais à entrevoir une autre manière de vivre, dans la paix, la fraternité universelle.
En 1969, quand vint pour moi l'âge d'accomplir mon service national, je refusai le service militaire et accomplis un service civil.
Beaucoup plus tard, en 1987, j'appris qu'un évêque français osait enfin affirmer qu'il était favorable à la non-violence. Cela changeait agréablement des tisanes insipides qu'on nous inflige trop souvent. Il semblait soucieux du sort des pauvres, des exclus... mais se prononçait aussi pour la fraternité, contre le racisme, pour l'objection de conscience, contre les ventes d'armes ou la dissuasion nucléaire... Enfin un évêque non-violent! Son nom? Jacques GAILLOT.
Je décidai de lui écrire et lui parlai de la mort de mon ami et de l'influence qu'elle eut sur mon engagement. Je reçus aussitôt une réponse : "Cher Georges, Je te remercie de ta lettre si fraternelle. Elle a du prix à mes yeux. Ton engagement, ta foi me remplissent d'admiration. Alain AUBRIOT était mon cousin bien aimé. Je suis touché d'apprendre que tu l'as connu. Georges, je t'invite volontiers à l'évêché. Nous prendrons le temps de parler. (...) Sois sûr de mon amitié. Jacques"
Le jeudi 16 juillet 1987, Jacques m'attendait sur le quai de la gare d'Evreux, simple, souriant, chaleureux. Nous sommes partis tous les deux dans sa petite voiture. A l'évêché, nous avons pris le temps de faire connaissance, évoquant le souvenir d'Alain et de sa famille si profondément meurtrie. Nous avons parlé de non-violence. Jacques m'a conduit jusqu'à son bureau : la table était couverte de courrier. Des dizaines de lettres. Beaucoup étaient positives : des encouragements, des félicitations, des remerciements... D'autres, plus rares, étaient basses, vulgaires et violentes : destinées à "Mohamed Gaillot" ou "Ayatollah Gaillot". Elle suintaient de haine franchouillarde et xénophobe. Je sentais bien qu'elles affectaient un peu Jacques, car c'est un homme de coeur, mais je constatais avec plaisir qu'elles n'entamaient en rien ses convictions et son désir d'agir. Nous sommes descendus dans le parc de l'évêché. Les tourterelles chantaient dans les arbres hauts. Jacques me parlait de notre journée : 16 juillet 1987, date prévue pour le départ d'un pèlerinage à Lourdes... Certes, mais Jacques devait aussi se rendre en Afrique du Sud, auprès de Pierre-André Albertini accusé d'intelligence avec les militants anti-apartheid. On sait le choix qu'il fit. J'aime les hommes de cette trempe.
Depuis notre entrevue, Jacques a continué son combat. Ceux qui n'ont pas son courage se sont prudemment réfugiés dans le "choeur" et se sont évanouis dans la grisaille et les fumées d'encens.
Jacques est audacieux, novateur, proche du peuple des pauvres et des exclus, non-violent, donc réfractaire à toute concession à la violence. L'alliance du sabre et du goupillon, non merci. Il était inévitable qu'il eût des démêlés avec Rome et l'appareil de l'Eglise. Je publiai plusieurs articles en sa faveur, organisai des actions de soutien... Mais le couperet tomba. Jacques dut partir d'Evreux pour l'évêché virtuel de Partenia. Depuis, j'aime Partenia.

 

 

Jean GOSS
1912 - 1991



1986 Avec Jean GOSS
Jean GOSS 1912 - 1991
A parcouru le monde pour faire connaître et appliquer la non-violence active.

- " Quand je dis " NON " à la violence, je fais un acte d'homme libre, je donne à l'homme toute sa dimension d'homme. "


J'ai rencontré Jean GOSS à plusieurs reprises et, à chaque fois, ce fut un plaisir et une joie.
En mars 1987, à Aix-en-Provence, j'avais assisté à l'une de ses conférences et j'avais été enthousiasmé par sa force et sa fougue. C'était un travail à la fois puissant, précis, convaincant et... volcanique. Il disait : "Dîtes la vérité! Refusez d'obéir aux ordres injustes, aux lois injustes, c'est à dire aux ordres et aux lois qui manquent de respect à la personne humaine! La non-violence repose essentiellement sur la Vérité avec une seule méthode : l'attaque à la conscience." Jean l'audacieux n'y allait pas de main morte. Il disait aussi : "La non-violence, c'est "servir". La violence, c'est "se servir"! Les dirigeants n'ont pas faim, soif ou froid. Le peuple a faim, soif, froid!" ou encore "Le fer de lance de la non-violence est le refus d'obéir au mal." Ce soir là, il avait même dit : "On n'étudie pas la non-violence dans les universités françaises. On l'étudie ailleurs dans le monde, aux Etats Unis ou au Japon, mais pas en France. Qu'est-ce que c'est que ces universités françaises? Si on ne peut pas y étudier la non-violence pourtant essentielle pour l'avenir de l'humanité, à quoi peuvent-elles bien servir? Quand est-ce qu'on y mettra le feu?"
Quand on connaissait Jean, on savait bien qu'une telle question n'était qu'une figure de style, mais bon sang! Quel orateur! Quelle flamme! (si j'ose dire!)
En 1985, je fus sollicité pour chanter la non-violence au "Forum pour la Paix", à Valence. J'y suis monté. Jean GOSS y était aussi : il donnait une conférence. Je m'y suis rendu avec gourmandise, me régalant d'avance. Il était là, devant la porte de la salle, adossé au mur car ses jambes lui faisaient un peu défaut. Malgré ma crainte de le déranger avant sa conférence, je suis allé vers lui et j'ai dit : "Bonjour. J'aime la non-violence." Son visage s'est aussitôt illuminé d'un large sourire, il m'a ouvert les bras et m'a répondu : "Salut! Tu es le bienvenu!". Et il m'a serré contre lui. Nous nous embrassions comme deux frères. J'aimais cette simplicité chaleureuse, cette amitié naturelle, cette vigueur dans les élans du coeur et, en même temps, cet engagement passionné dans la non-violence. Equilibre entre le coeur, l'esprit et l'action! Chez Jean comme chez nos amis de l'Arche.
Plus tard, on m'a demandé d'illustrer les conférences de Jean GOSS et de Jean TOULAT en improvisant un choix de chansons adaptées aux thèmes évoqués par l'orateur. Une expérience fabuleuse! Jean GOSS était un homme chaleureux et... très ouvert. Il savait comment articuler son discours pour me permettre d'y entrer avec ma guitare. Lorsqu'il tournait la tête vers moi, je savais qu'il me passait le relais et je poursuivais son travail. Ce qu'il disait avec des mots, je le prolongeais avec des chansons, à la guitare ou à la vielle. Nous allions l'amble, à deux voix mais au service de la même cause. Oui, Jean était un frère.
Sa mort en 1991 me fit mal. J'aimais très fort ce grand frère incandescent.

.

..


Joseph LANZA DEL VASTO
1901 - 1981

LANZA DEL VASTO 1901 - 1981
Philosophe, écrivain, sculpteur… Disciple de GANDHI et fondateur de la communauté de l'ARCHE.

- "La Non-Violence, c'est dire à la violence : NON! La Non-Violence exclut la neutralité, la bagarre, la fuite et la capitulation. "


En 1981, je souhaitais rencontrer LANZA DEL VASTO, non-violent, philosophe, poète, chanteur, sculpteur... Je l'admirais pour ses livres et son engagement non-violent, mais je l'aimais aussi beaucoup pour avoir su se faire le disciple de GANDHI. Cependant j'ai tardé à me rendre auprès de lui : je voulais m'y présenter avec ma vielle à roue afin de la baptiser en chantant pour et avec LANZA. Je savais son goût pour les chants des troubadours et des trouvères. Par ailleurs, j'avais fait construire cette vielle pour chanter exclusivement la non-violence et la paix. Elle devait m'être livrée à cette époque par le luthier anglais Samuel PALMER.
Hélas! Quand la vielle me fut livrée, LANZA nous avait quittés. J'avais trop attendu.
Je fus surtout bien triste de voir disparaître un homme de cette qualité. J'achetai tous les journaux qui lui rendaient hommage et m'en fis un dossier, pour mieux garder son souvenir.
Peu après, je me suis tout de même rendu dans la Communauté de l'Arche de La Borie Noble où Shantidas (le "Serviteur de Paix", surnom donné par GANDHI) venait d'être enseveli. J'arrivai à l'improviste. Personne ne pouvait m'attendre. Pourtant, quand je parvins à leur habitation, je constatai que les compagnons de l'Arche étaient occupés à chanter "Ma vielle vieller veut un beau son", un chant médiéval extrait des "Miracles de Notre Dame", dont l'auteur est Gautier de Coincy, un trouvère des XII°-XIII° siècles.
Les compagnons de l'Arche m'ont accueilli avec une infinie gentillesse et m'ont permis d'aller baptiser ma vielle toute neuve sur la tombe de Shantidas et Chanterelle : c'est là que j'ai "tourné ma vielle" pour la première fois. Depuis, elle a toujours servi la non-violence, la paix et l'amour.
J'ai souvent rencontré mes amis de l'Arche et coopéré avec eux.
Cinq ans plus tard, en 1986, ils m'ont invité à enregistrer une cassette avec l'Arche de Bonnecombe : "L'Eternel est mon berger" (Référence : Studio SM - K395 - 1986 / voir page "Enregistrements"). En souvenir de notre première rencontre, j'ai tenu à inclure dans ma prestation l'air "Ma vielle" de Gautier de Coincy. Je n'ai pas pu le jouer sur la vielle à roue car cela s'intégrait moins bien à l'ensemble : je l'ai donc joué sur la cithare, plus douce et discrète.
En 1988, je voulus rendre hommage à JESUS bien que je ne sois pas chrétien (je suis agnostique). Par fidélité pour LANZA, je m'adressai à la maison de disque où lui-même avait enregistré des chants magnifiques avec sa compagne Chanterelle et tous leurs amis.
Le Studio SM accepta de réaliser une cassette : "JESUS LE NAZAREEN", un bouquet de chansons populaires des différentes provinces de France et de compositions personnelles.
(Références : Studio SM - K549 - 1988 / voir page "Enregistrements"). Je demandai à Marie-Pierre BOVY, compagne de l'Arche, de bien vouloir rédiger un texte de présentation de mon travail. Je lui suis reconnaissant d'avoir accepté : ce fut pour moi un honneur et un bonheur.
Il faut ajouter ceci : les compagnons de l'Arche sont des non-violents exemplaires mais aussi des artistes accomplis. Ils chantent merveilleusement bien mais sont également remarquables en danse, poésie, sculpture, calligraphie...
J'ai eu plusieurs fois la joie de donner des spectacles avec ou en présence de compagnons de l'Arche. J'ai également séjourné parmi eux. De tous les non-violents (et je les aime tous), ceux de l'Arche ont ce "je ne sais quoi" qui fait la différence : un mélange de douceur, de simplicité, d'affection tendre, de profondeur dans la quête personnelle, une bienveillance de chaque instant qui font de ces amis des êtres délicieux et... nécessaires.

.

..


Théodore MONOD
1902 - 2000










1997 Avec "Théodore",
à Taverny
Théodore MONOD 1902 - 2000
Professeur honoraire au Muséum d'Histoire Naturelle Membre de l'Académie des Sciences Humaniste, pacifiste, adepte de la non-violence .
- " La non-violence est, avant tout, une méthode active de résistance au mal, à l'injustice, à la guerre et à sa préparation. "

Je connaissais depuis longtemps Théodore MONOD par ce qu'en disaient les média. J'aimais bien ce savant, humaniste, zoologue, botaniste, géologue, arpenteur de désert, assez fou pour faire des centaines de kilomètres à pied à la recherche d'une fleur, assez sage pour savoir que la vraie fleur s'appelle "amour" et pousse au coeur des hommes.
J'ai rencontré Théodore MONOD à la "Maison de Vigilance" de Taverny, près de Paris. Chaque année au mois d'août, un groupe de non-violents s'y réunit pour rendre hommage aux victimes d'Hiroshima et jeûner en protestation contre la dissuasion nucléaire. A plusieurs reprises, je me suis joint à eux, comme citoyen et comme chanteur. Les gendarmes de Taverny ont contrôlé mes papiers ; je leurs disais : "N'ayez crainte. Les non-violents, nous ne mentons jamais et n'agressons personne. L'agression, elle est du côté de la bombe atomique et nous la combattons." Par radio, iln interrogeaient l'ordinateur central qui répondait que j'étais blanc comme neige. "Je vous l'avais bien dit!" ajoutai-je en souriant. Eux ne souriaient pas : "Que venez-vous faire ici?" - "Protester contre la dissuasion nucléaire." - "Allez! Circulez!" Et je circulais... en me rendant à pied aux portes du camp militaire pour continuer ma/notre protestation pacifique.
Lorsque les non-violents de Taverny défilent, ils portent des pancartes. Celle de Théodore indiquait : "La préparation d'un crime est déjà un crime."
En 1997, Théodore jeûnait toujours, malgré ses 95 ans, et continuait de rencontrer les chefs militaires pour leur dire sa désapprobation. Pendant les moments de repos, il était souvent couché, pour économiser ses forces. Lorsqu'il se relevait nous l'entourions tous de nos soins car chacun de nous l'aimait. Il avait du mal à entendre et ne voyait presque plus. Sa démarche n'était plus très sûre, lui qui avait si souvent arpenté le désert du Sahara. Un jour, je le vis s'efforcer de se lever puis chanceler. Il allait tomber. Par chance, j'étais derrière lui : je glissai aussitôt mes mains sous ses aisselles et lui servis de béquille vivante. Il retrouva son équilibre, se redressa, esquissa un mouvement de rotation pour me remercier mais y renonça par crainte de tomber. Il n'a donc pas vu qui le soutenait et c'était bien ainsi : j'avais envie de lui offrir de l'aide au nom de l'amour que nous lui portions tous.
Lorsqu'il le pouvait, il se joignait à nous et nous faisions cercle autour de lui. Ses paroles étaient rares mais sages, profondes, précieuses.
Je lui parlai de Mgr Jacques GAILLOT que j'avais rencontré dans son évêché d'Evreux. Il sourit : "GAILLOT a du caractère. Et... ce qu'il dit est souvent pertinent." - "Voire impertinent!", ajoutai-je. Puis, pour le taquiner un peu, je demandai : "Mais Théodore, pourquoi avez-vous ce petit sourire sardonique lorsque vous parlez de GAILLOT?" Il sourit encore : "Non, non! Pas sardonique! Je l'aime bien."
Théodore avait le génie de la formule : courte, précise, forte, profonde. Un diamant qu'il nous offrait dans la discrétion. Assis à ses côtés, je ne perdais pas une syllabe. Tandis que nous jeûnions ensemble, je lui demandai : "Théodore, vous jeûnez ainsi depuis 15 ans mais cela ne semble pas troubler les hommes politiques ni les chefs militaires. Vous n'en êtes pas trop déçu?". Il m'offrit une réponse magnifique : "Je ne me pose pas la question en ces termes. Je sais seulement que je n'ai pas le droit de ne pas le faire."
Je lui dis aussi : "J'aime que nous soyons tous rassemblés ici. Tous d'âges différents, de régions différentes, mais unis dans le même engagement." Théodore me répondit : "Oui. C'est beau. Mais il y manque quelques chansons que nous partagerions... La non-violence, c'est aussi la joie." Je me promis de revenir et de chanter pour lui.
Un ami vint nous photographier (voir ci-contre). Théodore, malicieux, tourna sa canne blanche vers l'objectif : sur la face antérieure de la canne, un magnifique "Peace and Love", que Théodore appelait en français "le signe de la non-violence".
Le soir, nous écoutions de la musique. Nous étions tous rassemblés en arc de cercle, dans le plus grand respect de la musique et des compagnons présents. Pas un bruit. Nous écoutions le "Requiem" de MOZART. Je sentais bien que ce requiem était lourd de sens. Nous le sentions tous.
Deux ans plus tard, en 1999, je retrouvai Théodore et tous nos amis à Taverny. J'avais apporté mon matériel de musicien et je donnai mon récital "La Force d'Aimer" en présence de Théodore. Une grande émotion. Je ne devais plus le revoir : il nous quittait l'année suivante.
Ce fut pour moi un grand chagrin car nous lui devons beaucoup.
Merci, Théodore. Nous nous efforçons de marcher modestement sur vos traces. Nous n'avons pas le droit de ne pas le faire.

.

 

Jean TOULAT
1915 - 1994
Jean TOULAT 1915 - 1994
Prêtre, journaliste, écrivain. Auteur de nombreux ouvrages sur la non-violence.

- " La bombe, la non-violence : l'heure de l'une est aussi l'heure de l'autre. L'humanité est placée devant un choix décidif. "


C'était en 1983, l'année où le film "GANDHI" de Richard Attenborough sortit sur les écrans. Un jour, tandis que je regardais la télévision, j'appris qu'Antenne 2 préparait une émission sur la non-violence. Je m'empare aussitôt de mon stylo et leur fais une lettre pour qu'ils n'aillent pas confondre non-violence, passivité, pacifisme... Je leur conseille de contacter les gens compétents : Arche, MAN, MIR, CUN...
Peu après je reçus une réponse : c'était une invitation à me rendre à Paris et participer à l'émission télévisée "Aujourd'hui la vie" sur A2. Je leur téléphonai qu'il y avait en France des gens plus qualifiés que moi pour parler de non-violence mais on me répondit que j'étais invité en tant que téléspectateur. Un témoin de la non-violence avait déjà été contacté.
C'est ainsi que je me retrouvai, le vendredi 6 mai 1983, dans un studio d'Antenne 2, assis à côté de Jean TOULAT. Nous avions en face de nous un interlocuteur impressionnant, Joseph ROVAN, survivant du camp de concentration de Dachau, historien, professeur à l'Université de Paris, et une téléspectatrice qui... n'avait pas la non-violence dans son coeur. La partie ne fut pas facile. Jean TOULAT et moi avancions calmement mais sûrement : nous ne cédions pas un pouce de terrain. J'eus de grandes émotions, par exemple lorsque Joseph ROVAN affirma qu'il était facile d'être non-violent en France, pays lui-même non-violent. Comment laisser passer cela? J'objectai que notre pays n'était pas au-dessus de tout soupçon. Hélas! Qui peut ignorer les scandales que constituent l'époque coloniale, les ventes d'armes, la dissuasion nucléaire, la torture en Algérie (que dénoncèrent LANZA DEL VASTO et le général De BOLLARDIERE), l'affaire du Rainbow Warrior, etc... ? La France non-violente? Cela se saurait!
A la fin de l'émission, Jean TOULAT et moi nous sommes retrouvés à échanger quelques mots. Jean TOULAT me dit : "Félicitations. Vous vous êtes bien battu. Visiblement, vous connaissez la non-violence. Pourquoi? Que faites-vous?" Je lui ai expliqué mon engagement, comme citoyen, comme enseignant, comme chanteur... - "Ah! Vous chantez! Cela m'intéresse. J'organise des rencontres sur le thème du respect de la vie et cela inclut la non-violence. Vous voudriez y chanter?" J'acceptai aussitôt. Jean semblait content. Il m'offrit son livre "Combattants de la Non-violence" et chacun reprit son chemin.
Nous nous sommes retrouvés à plusieurs reprises et j'ai souvent chanté pour le "Service Vivre" de Jean TOULAT et Suzanne CHAMPETIER : à Paris (Palais de la Mutualité), St Etienne, Nîmes, etc... Parfois ce fut pour illustrer une conférence de Jean TOULAT, comme je le fis avec Jean GOSS, parfois pour intervenir dans une "Fête de la Vie" ou donner un récital complet au profit des enfants handicapés dont s'occupait Suzanne.
Fin 1983, Jean m'avait offert un autre de ses ouvrages : "Les Forces de l'Espoir". Il y avait inscrit cette dédicace : "Pour Georges-Guy LOURDEAUX qui croit aux forces de l'espoir en souvenir de la Fête de la Vie et en cordial hommage, Jean TOULAT, 20-11-83".
En 1994, Jean TOULAT a disparu lui aussi, comme LANZA DEL VASTO et Jean GOSS. La perte d'un ami est cruelle. Mais je veux garder au coeur les "forces de l'espoir" et rester fidèle à ces chers compagnons de lutte et à notre engagement commun.

.

 

Georges-Guy LOURDEAUX 1944-...
La non-violence fait son chemin. Elle triomphera.
Martin Luther KING et ses amis chantaient déjà : "WE SHALL OVERCOME", nous serons vainqueurs.
Tout au fond de mon coeur, je sais que l'amour, la justice et la paix seront vainqueurs.
L'alpha et l'omega de toute vie belle et juste est ... le verbe "AIMER".

© Copyright GGL - Georges-Guy LOURDEAUX. Tous droits réservés.